Sarabia avant le Portugal : « la force de l’Espagne, c’est l’équipe, nous avons une confiance totale en tous nos coéquipiers »

Sarabia

as

Comme son sélectionneur Luis Enrique, Pablo Sarabia était en conférence de presse avant le match décisif de l’Espagne face au Portugal dans le cadre de la sixième journée de la Ligue des Nations. Une occasion pour ce dernier de revenir sur la défaite précédente qui les a mis dans une position compliquée, mais aussi sur l’adversaire qui n’est pas un des moindres.

Ces derniers mots mettent un terme à la conférence de presse précédant le choc contre le Portugal, qui décidera laquelle des deux équipes obtiendra sa place dans le Final Four, où les Pays-Bas et la Croatie l’attendent déjà. L’équipe nationale espagnole est sur le point de terminer sa dernière séance d’entraînement. »

Décision de rester au PSG : « Dès mon arrivée à Paris, ils m’ont montré beaucoup de confiance et un bon projet. Une équipe gagnante qui n’a pas seulement onze joueurs, mais une équipe dans laquelle chacun peut participer et donner le meilleur de lui-même, ce qui est nécessaire pour gagner des choses. Je suis resté parce que je pense que je vais avoir des minutes. »

Obtenir un crédit contre le Portugal : « Nous avons gagné du crédit petit à petit. Lors du Championnat d’Europe, peu de gens ont donné pour nous et nous avons réussi à obtenir l’adhésion des supporters et maintenant nous pouvons sentir l’affection des gens, ce qui est l’une des plus belles choses. Demain, nous allons essayer d’étirer ce crédit ».

Quelques minutes au PSG : « Cela ne m’affectera pas. Ceux qui me connaissent savent que je m’entraîne de la meilleure façon possible. Même s’il est vrai que l’on ne joue pas aussi bien que l’on s’entraîne. Nous allons essayer de nous préparer le mieux possible pour la Coupe du monde. Les équipes doivent également effectuer une rotation. »

Les favoris de la Coupe du monde : « Je ne choisis pas d’équipes spécifiques. Il y a beaucoup d’équipes avec de très bons bilans et de grandes équipes. Tu ne peux pas en choisir un seul. Je pense que nous pouvons être parmi les favoris, mais nous ne devons pas faire d’erreurs. Nous ne devons pas penser à ces choses mais continuer à travailler. Nous devons être préparés à des situations extrêmes comme lors de la Coupe du monde ».

Coupe du monde en hiver : « Quand on y va avec prudence, c’est pire. Vous avez plus de chances de vous blesser, comme lorsque vous allez vers un ballon fendu sans mettre le pied dedans… Ce serait une erreur d’être prudent pour être à la Coupe du monde ».

Comme si c’était un quart de finale ? : « Oui, c’est une finale. Nous voulons être dans le Final Four. Nous connaissons le potentiel du Portugal, mais nous nous préparons bien. Tous les matchs sont très difficiles aujourd’hui, mais je pense qu’il est préférable pour nous d’améliorer notre compétitivité pour les phases finales. Nous allons essayer de faire notre truc et de faire beaucoup de choses bien. C’est une finale et nous voulons y être avant d’aller à la Coupe du monde. »

Jouer sans un “9” pur : « Nous avons l’idée de l’entraîneur que celui avec qui il joue a la même idée et fonctionne sur le terrain. Il y a peut-être des joueurs qui sont plus associatifs ou qui jouent en tant que finisseurs, mais ça ne change rien. Nous avons tous nos rôles. C’est la même chose, rien ne change. »

Comment voyez-vous le match ? : « Je pense que ce sera un match très disputé. Comme les précédentes contre le Portugal. Ce sera très difficile car nous sommes deux équipes aux idées différentes mais très fortes. Ils ont d’énormes qualités individuelles et nous allons essayer de faire tout ce que nous pouvons pour gagner. »

La clé de cette équipe : « Dès le premier instant, la force de cette équipe, c’est l’équipe. Tous ceux qui sont venus ici ont donné leur maximum. Nous avons une idée, ce qui est la chose la plus importante, et c’est la grande force. Nous avons une confiance totale en tous nos coéquipiers. Nous défendons cette idée et c’est notre méthode pour gagner des matchs. »

Fin prématurée : « Nous savions que nous allions jouer demain. Nous pensions que le Portugal allait bien faire, même si nous avons obtenu un autre résultat contre la Suisse. »

Sandrine Zounon

Sandrine Zounon, journaliste professionnel, passionné du football et web rédacteur sportif à To Foot. Merci de retrouver mes articles sportifs sur le site tofoot.com. Écrivez-moi au : [email protected]

Read Previous

Enrique prévient Cristiano Ronaldo et les siens : «Je mettrai une équipe pour mettre le Portugal en difficulté maximale»

Read Next

Barça : de 7 on passe à 10 semaines d’absence pour Araujo privé de la coupe du monde, Xavi dépité