Luis Enrique avant Epagne-Albanie : « Si ça se passe mal à la Coupe du Monde, je partirai tout seul »

luis enrique cp

MD

Le sélectionneur de la Roja Luis Enrique était devant la presse ce vendredi 25 mars 2022 en prélude à son match face à l’Albanie. Une occasion pour lui de se prononcer sur sa liste qui est toujours problématique, mais aussi et surtout d’évoquer sur son avenir, lui qui n’a toujours pas prolongé son contrat.

Loading...

Pourquoi De Gea n’est pas venu ? : « Bon après-midi. J’ai parlé à David de Gea, oui, mais je ne fais pas de déclarations sur les joueurs qui ne sont pas sur la liste. »

La qualification pour la Coupe du monde est-elle plus importante pour vous compte tenu de ce que l’Italie a fait ? : « Si vous ne faites pas vos devoirs, vous allez aux play-offs et cela peut vous mener à des situations extrêmes. Il y aura des moments où nous n’y arriverons pas, mais cela ne signifie pas que nous devons nous en vouloir. C’est arrivé à l’Italie, qui est championne d’Europe en titre. Mais nous avons fait l’affaire. »

Loading...

Quelle importance accordez-vous à ces deux matches amicaux contre l’Albanie et l’Islande ? : « Ni pour moi ni pour les joueurs, les matchs contre l’Albanie et l’Islande ne sont des matchs amicaux parce qu’il nous reste huit matchs avant la Coupe du monde et qu’il n’y a pas de dates à perdre. J’essaie de tirer le meilleur parti du temps dont je dispose et, pour moi, le match contre l’Albanie est très important. »

Quel est l’objectif de l’Espagne pour la Coupe du monde ? : « Après les doutes, nous avons un groupe de joueurs jeunes et vétérans, qui peuvent affronter n’importe quel adversaire. J’espère qu’à la Coupe du monde, nous serons des prétendants pour atteindre la dernière ligne droite du tournoi. Nous voulons être compétitifs et être des adversaires coriaces. »

Loading...

Pourquoi n’avez-vous pas encore renouvelé votre contrat avec l’Espagne ? : « Je n’ai pas encore décidé si je continuerai ou non après la Coupe du monde. Je me sens soutenu par la Fédération, qui m’a fait signer deux fois… J’ai la plus grande affection et je me sens en confiance. Mais à quoi sert un contrat si vous n’atteignez pas vos objectifs à la Coupe du monde ? Rien. Nous verrons après le Qatar. Je vais remplir mon contrat et ensuite nous verrons. »

A quel point l’équipe nationale est-elle enthousiaste ? : « Je pense que la presse est celle qui envoie les messages pour obtenir plus ou moins d’enthousiasme, mais ce qui reste, c’est ce que vous faites sur le terrain. J’espère que nous pourrons faire une fête à Barcelone. C’est ma maison et ça fait 18 ans qu’on est là. Mais le ballon éclatera s’il n’y a pas de résultats. »

Que pensez-vous d’une Coupe du Monde en hiver ? : « Il est difficile de mettre tout le monde d’accord sur le calendrier. Les intérêts des clubs et des équipes nationales sont différents, et je le dis parce que j’ai été des deux côtés. Mais l’important est de protéger le joueur. »

Est-ce que le fait d’insister sur votre renouvellement vous met mal à l’aise ? : « Je suis dans la gloire de la Fédération. Si je n’ai pas renouvelé, c’est à cause de vous, car si je me plante à la Coupe du monde, vous ne demanderez pas mon licenciement. Si ça se passe mal, je partirai tout seul. Personne ne s’intéresse à mon avenir, je vis dans le présent. »

Pour la première fois depuis l’Afrique du Sud, il n’y a pas de vainqueurs de la Coupe du monde dans l’équipe ? : « Nous avons réussi à réunir, d’après ce que je vois sur le terrain et dans le vestiaire, un groupe de vétérans et de jeunes qui veulent conquérir le monde. »

De Tomás s’est blessé et vous n’avez pas appelé d’attaquant pour le remplacer : « C’est moins complexe qu’il n’y paraît, il suffit de regarder les listes. Cela me fait mal, car tous ceux qui le méritent ne pourront pas aller à la Coupe du monde. Nous irons à la Coupe du monde pour concourir, c’est l’objectif. Nous allons poser des problèmes à tout adversaire et nous verrons ce que cela signifie de réussir ou d’échouer. »

Comment gérez-vous les blagues sur l’écran ? : « L’écran est aussi vieux que l’échafaudage. Les joueurs ont apprécié l’invention. Ça nous aide et ça ne me dérange pas si tu dis qu’ils sont Luis Enrique 3.0. »

L’équipe nationale n’est pas venue à Barcelone depuis 18 ans ? : « Je pense que le match à Barcelone va être une fête et j’espère que les gens vont en profiter. Nous nous en réjouissons et nous espérons que les gens en profiteront dans une ville aussi belle que Barcelone. J’ai pris pour acquis que le stade serait plein. La dernière fois que j’ai joué ici, c’était l’un des matchs les plus beaux et les plus importants de ma vie, la finale des Jeux olympiques de Barcelone 92. Je sais que les gens vont réagir et remplir le stade de Cornellá. »

Sandrine Zounon

Sandrine Zounon, journaliste professionnel, passionné du football et web rédacteur sportif à To Foot. Merci de retrouver mes articles sportifs sur le site tofoot.com. Écrivez-moi au : sandrine@tofoot.com

Read Previous

Real Madrid : Sommet Florentino Pérez-Carlo Ancelotti après l’humiliation face au Barça dans le clasico

Read Next

Laporta sur la rumeur Mbappé : « Le fait qu’après le 0-4 il ait été lié au Barça fait partie du business du football »