Finale Ligue des Champions : Ceferin explique la répartition critiquée des billets du match Real Madrid-Liverpool

Trophee UCL l

as

Le président de l’UEFA est actuellement à Vienne pour se pencher sur le futur du football européen et surtout sur la Ligue des Champions qui doit être remis en valeur. C’est donc à juste titre qu’il s’est prononcé sur les controverses qui sont nées de la distribution des places de la finale de la compétition européenne et sa rencontre avec Florentino Pérez lors de cette rencontre.

Loading...

En effet, le président de l’UEFA, Aleksander Ceferin est à Vienne depuis mardi dernier pour peaufiner le nouveau format de la Ligue des Champions et autres. Une occasion qui lui a permis de s’adresser aux médias pour expliquer la répartition controversée des billets pour la finale de la Ligue des champions à Paris entre le Real Madrid et Liverpool. Pour rappel, chaque club a reçu 20 000 billets et l’UEFA conserve les 25 000 restants.

Sur ce point, le président de l’UEFA a déclaré : « J’ai expliqué cela aux équipes auparavant. Quatre-vingt-treize pour cent des bénéfices de la finale vont aux clubs, alors que dans le reste de la compétition, 100 % vont à l’équipe locale. Chaque club disposera de 20 000 billets. Les sponsors paient des centaines de millions pour soutenir la compétition, il y a des billets auxquels ils ont droit contractuellement. Les billets ne sont pas pour moi ni pour l’UEFA. Je ne donne pas de billets. Cela ne changerait pas grand-chose pour nous s’ils coûtaient 10 euros, mais cela changerait beaucoup de choses pour les clubs. »

Loading...

Interrogé sur la possibilité de rencontrer le président du Real Madrid Florentino Pérez avec qui il n’est pas en de très bons termes à cause du projet de la Super Ligue européenne, Ceferin a juste expliqué : « Je rencontrerai Florentino aux Tribunaux, c’est sûr, et s’il vient en finale, il sera proche de moi en tant que finaliste. Si j’ai demandé une réunion avec eux ou avec le Barça ? Ce qui est normal, c’est que ce soit eux qui le demandent, et non l’inverse. »

Par ailleurs, il ne finit pas sans envoyer un message lorsqu’il a comparé la décision de la Cour de Luxembourg qui doit trancher entre la Superliga et l’UEFA avec celle de la loi Bosman qui a fini par être un avant et un après dans le football : « C’est différent, il n’y a pas de monopole ici. Personne ne doit jouer nos compétitions par obligation. Le problème, c’est qu’ils vont sur les courts, mais qu’ensuite ils veulent jouer nos compétitions. »

Loading...

Adama Touré

Read Previous

Ligue des Champions : Ancelotti sur la finale Real Madrid-Liverpool « Pour ce match, il n’y a pas de secret »

Read Next

PSG : nouveau démenti sur les rumeurs de prolongation de Mbappé avec le PSG