Espagne : Luis Enrique répond enfin aux rumeurs l’envoyant à Manchester United

Enrique Albanie

as

Le sélectionneur espagnol était en conférence de presse ce lundi 28 mars 2022 avant le match amical contre l’Islande à Riazor. Une occasion pour Luis Enrique de se prononcer sur son effectif, mais aussi et surtout sur les rumeurs qui entourent son avenir, lui qui est annoncé à Manchester United.

Loading...

Quand avez-vous entendu parler de Pedri pour la première fois et qu’avez-vous pensé de lui : « La première fois que j’ai vu Pedri, c’était en jouant pour Las Palmas, et même quand il était très jeune, nous avons vu qu’il avait quelque chose de très spécial. Mais il a tout à améliorer. Il a le talent pour attaquer et défendre, car il a la bonne mentalité et il est très bien entouré, avec une famille qui l’accompagne. Nous devons le laisser grandir. C’est un plaisir d’avoir des joueurs avec ce profil humain et cette capacité sportive. »

Ce que l’Espagne peut améliorer : « J’ai regardé le match contre l’Albanie et nous n’étions pas trop mal. En première mi-temps, nous n’étions pas bons parce qu’ils étaient fermés et qu’ils étaient frais, mais nous avons bien circulé. Puis en deuxième mi-temps, plus matures, nous avons mieux fait les choses. »

Loading...

Êtes-vous satisfait de la performance des défenseurs centraux : « S’il y a un problème défensif, ce n’est pas une ligne ou un joueur. C’est toute l’équipe. Mais il est impossible que les adversaires ne nous fassent pas de mal. Nous sommes l’une des équipes qui nous font le moins de dégâts ».

En Angleterre, on dit que Manchester United te veut, peux-tu confirmer et assurer que tu seras avec l’Espagne à la Coupe du Monde au Qatar : « Je serai au Qatar avec l’Espagne parce que j’ai donné ma parole et aussi il n’y a rien qui me rend plus excité que de représenter mon pays dans la Coupe du Monde, alors nous verrons. Et encore plus avec cette équipe nationale et cette fédération. Je peux le dire plus fort, mais pas plus clairement. Je suis là où je veux être. »

Loading...

Pourquoi avez-vous choisi l’Albanie et l’Islande pour la fenêtre de mars : « Je n’ai pas choisi les adversaires, c’est la Fédération. Mais ils sont tous bons pour nous, car ceux comme l’Albanie ou l’Islande nous permettent de jouer contre des équipes plus serrées, d’ouvrir les brèches et d’arrêter les contre-attaques. S’ils sont plus forts, alors ils sont aussi bons pour moi ».

Y aura-t-il des Galiciens à la Coupe du Monde : « Je ne sais pas, car il n’y a pas non plus d’Asturiens. Iago Aspas était avec nous il y a quelque temps, Brais a un profil qui nous plaît et nous l’avons aussi fait venir…, mais pour que de nouveaux joueurs arrivent, d’autres doivent partir et c’est toujours difficile ».

Busquets est-il irremplaçable : « Il n’y a personne d’irremplaçable, mais il est important pour l’équipe nationale. S’il maintient son niveau physique et sportif, il sera à la Coupe du monde. Busquets est un joueur exemplaire sur et en dehors du terrain et il est important pour ce groupe ».

Ce que Ferran apporte à l’équipe : « Du débordement, de la qualité, des buts, des passes décisives… bref, un peu de tout. Le but est l’affaire de tous, comme tout le reste dans cette équipe. Ferran apporte beaucoup au groupe. »

Quel est votre plan pour demain ? : « Arnau ne jouera pas une seule minute, il n’est pas prévu qu’il fasse ses débuts. Il est ici parce que Robert Sánchez est parti. Mon plan pour demain est de ne pas surcharger les joueurs avec des minutes, donc je vais distribuer les minutes ».

Quels souvenirs gardez-vous de Riazor : « J’ai joué ici quand il y avait une piste d’athlétisme. J’ai beaucoup souffert ici et nous sommes partis plusieurs fois d’ici la queue entre les jambes ? C’est un beau stade qui nous rappelle de grands souvenirs ».

Qu’apporte Eric García à l’équipe : « Contrôle du ballon, défense collaborative, continuité, jeu de passes… La position de défenseur central est très complexe avec notre style. Eric Garcia a beaucoup de possibilités et j’ai pleinement confiance en son niveau ».

Cesc et le football technologique. Il affirme qu’un joueur fort mais moins talentueux joue toujours avant un joueur talentueux : « C’est son analyse, je ne sais pas s’il l’a dit en général. Notre équipe n’est pas comme ça. C’est un sport de haut niveau, les joueurs de football sont des athlètes talentueux. Si nous avions cette idée (le physique avant le talent), Pedri ne jouerait pas une seule seconde avec nous, ni ne s’échaufferait. La première chose que nous recherchons est le talent, accompagné du physique, de l’entraînement et des conditions ».

Luis Enrique jouerait-il pour l’équipe nationale : « Je n’irais pas dans l’équipe nationale. J’ai vu des jeux de mon époque. Et mon Dieu, comme ils étaient lents. Parfois, j’essaie de l’enseigner à mes enfants et il vaut mieux ne pas le faire. Je pensais que ça allait et venait, mais non, rien. C’était tout le temps à l’arrêt ».

Fancy Franck

Fancy Franck, journaliste professionnel, passionné du football et web rédacteur sportif à To Foot. Merci de retrouver mes articles sportifs sur le site tofoot.com. Écrivez-moi au : [email protected]

Read Previous

Cristiano Ronaldo sur son avenir : « Ma dernière Coupe du Monde ? Celui qui décidera de mon avenir, c’est moi »

Read Next

Mercato : trop gourmand, Haaland demande beaucoup plus que Mbappé