Conflit au Barça : Dembélé refuse de partir et menace de porter plainte

Conflit au Barça Dembélé refuse de partir et menace de porter plainte

as

La situation du Français Ousmane Dembélé est sur le point de devenir intenable. Puisque si les deux clans s’étaient lancés dans un conflit médiatique pour résoudre le problème de la prolongation du joueur, la sortie du directeur du football du FC Barcelone a été très mal perçue. C’est la raison qui fait que le joueur et son clan ont sorti les griffes.

Loading...

Le FC Barcelone a donné un ultimatum clair au Français Ousmane Dembélé lui faisant comprendre qu’il ne jouera plus. Et si le Français reste calme, c’est parce qu’il n’a pas l’intention de quitter le club avant la fin de la fenêtre de transfert de janvier. Mieux, son entourage a déjà prévenu qu’il ne tolérerait aucune menace d’aucune sorte et le joueur n’est pas disposé à jouer d’ici la fin de la saison pour une quelconque équipe, espérant partir le 30 juin. Ces derniers font valoir qu’ils ont un contrat signé, que la situation est difficile, mais qu’ils n’ont jamais fermé la porte des négociations malgré le fait qu’il n’y ait pas d’accord.

En ce sens, Radio Barcelone rapporte de sources proches du joueur que « Dembélé insiste sur le fait qu’il ne veut pas travailler avec des menaces ou des pressions » et que le joueur « veut renouveler et négocier ». Ils ajoutent que « le Barça exclut de résilier le contrat » et que ce qu’ils veulent « c’est qu’il parte maintenant et qu’on lui demande quelque chose ». Pour cela, le joueur et son entourage comprennent que le Barça n’agit pas légalement, car il est totalement interdit d’écarter un joueur et que les menaces publiques de ces dernières heures suffisent à résilier son contrat en faisant payer tout ce qui reste jusqu’en juin au cas où il continuerait à être ostracisé.

Loading...

Pour l’instant, aucune plainte auprès de la FIFA n’est envisagée, même s’ils estiment qu’ils auraient tout à y gagner. Une réaction qui va dans le sens de ce que son agent, Moussa Sissoko, a déclaré mardi sur Radio Monte-Carlo : « C’est un coup de pression qui ne marche pas avec des gens comme nous. Peut-être que cela peut fonctionner avec des agents qui ont des liens d’amitié avec le FC Barcelone. Ce n’est pas mon cas, je suis ici pour défendre les intérêts de mon joueur. Nous ne sommes pas là pour alimenter les débats sur les médias sociaux.

Mais nous devons dire la vérité. Oui, nous sommes exigeants, mais nous avons déjà montré que les choix de carrière d’Ousmane n’étaient pas dictés par l’argent, sinon il ne serait pas ici. Donc, si Barcelone avait voulu négocier, ils auraient pu essayer de s’asseoir à la table avec nous pour discuter. Sauf qu’il n’y a pas de discussion et seulement des menaces de ne plus jouer pour leur équipe. Et c’est interdit. Nous ferons valoir les droits d’Ousmane Dembélé si nécessaire… ».

Loading...

Mais de son côté, le directeur du football, Mateu Alemany, a été intelligent et a assuré que la décision de ne pas le convoquer est une décision sportive, car ils ne le voient pas impliqué. Dans ce cas, la FIFA rien, car elle ne peut agir que si elle voyait un exemple clair de harcèlement du joueur sur le lieu de travail. La situation est donc compliquée, même s’il semble que l’idée du joueur soit de continuer à travailler au Barça jusqu’en juin et de ne pas avancer de négociations pour quitter le club plus tôt.

Sandrine Zounon

Sandrine Zounon, journaliste professionnel, passionné du football et web rédacteur sportif à To Foot. Merci de retrouver mes articles sportifs sur le site tofoot.com. Écrivez-moi au : sandrine@tofoot.com

Read Previous

MU : désormais lâché par tous, Ronaldo attaqué de partout « Il n’y a rien de bon à faire avec ce genre de singeries »

Read Next

Football : la FIFA prend de nouvelles mesures pour contrôler le marché des transferts